Célébrer les 15 ans avec Oikocredit : entretien avec Caroline Mulwa

Célébrer les 15 ans avec Oikocredit : entretien avec Caroline Mulwa

Caroline Mulwa1 - SMALLVERSION.jpg11 mai 2022

Caroline Mulwa, responsable des investissements de Oikocredit en Afrique de l’Est, fête cette année ses 15 ans au sein de la coopérative. Nous avons profité de l’occasion pour interroger Caroline sur son expérience de travail avec nous au cours des quinze dernières années, sur les changements qu’elle a constatés et sur la pertinence et l’impact de notre travail.

Qu’est-ce qui vous a incité à travailler chez Oikocredit ?

Après avoir travaillé pour une banque commerciale, j’ai commencé à chercher une organisation davantage fondée sur des valeurs. Lorsque j’ai rejoint Oikocredit en tant que responsable de projet au Kenya, j’étais pleine d’enthousiasme - et je le suis toujours - pour l’engagement de notre coopérative dans sa mission d’investissement pour donner aux personnes et aux communautés à faibles revenus la chance d’une vie meilleure.

Tant de femmes et d’hommes ont bénéficié de l’accès au financement que nous contribuons à fournir. Les clients de nos partenaires traduisent notre soutien par le développement de leurs entreprises, la création d’emplois, le développement de leurs connaissances financières, la scolarisation de leurs enfants et la prise en charge des besoins de santé du foyer. Et notre coopérative ne reste pas inactive.

Aujourd’hui, nous travaillons non seulement avec des institutions de microfinance, mais aussi avec des petites et moyennes entreprises (PME) de production et de services, avec des organisations de petits exploitants agricoles et, de plus en plus, avec des banques qui se concentrent sur les PMEs. Et j’apprécie de faire partie d’une organisation qui traite vraiment bien son personnel.

Caroline Mulwa

Qu’est-ce qui vous a incité à travailler chez Oikocredit ?

Après avoir travaillé pour une banque commerciale, j’ai commencé à chercher une organisation davantage fondée sur des valeurs. Lorsque j’ai rejoint Oikocredit en tant que responsable de projet au Kenya, j’étais pleine d’enthousiasme - et je le suis toujours - pour l’engagement de notre coopérative dans sa mission d’investissement pour donner aux personnes et aux communautés à faibles revenus la chance d’une vie meilleure.

Tant de femmes et d’hommes ont bénéficié de l’accès au financement que nous contribuons à fournir. Les clients de nos partenaires traduisent notre soutien par le développement de leurs entreprises, la création d’emplois, le développement de leurs connaissances financières, la scolarisation de leurs enfants et la prise en charge des besoins de santé du foyer. Et notre coopérative ne reste pas inactive.

Aujourd’hui, nous travaillons non seulement avec des institutions de microfinance, mais aussi avec des petites et moyennes entreprises (PME) de production et de services, avec des organisations de petits exploitants agricoles et, de plus en plus, avec des banques qui se concentrent sur les PMEs. Et j’apprécie de faire partie d’une organisation qui traite vraiment bien son personnel.

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre expérience — comment avez-vous commencé et où vous en êtes aujourd’hui ?

Au cours de mes premières années chez Oikocredit, je gérais un portefeuille de prêts et d’investissements d’environ 6 millions d’euros. Aujourd’hui, je suis responsable d’un portefeuille régional 10 fois plus important, et la qualité du portefeuille s’est énormément améliorée. De chef de projet, j’ai été promu au rôle de « country manager » pour le Kenya, puis en 2018, on m’a confié la responsabilité d’abord de la Zambie, puis du Malawi, du Rwanda et de l’Ouganda, et on m’a demandé de diriger l’équipe d’investissements de notre coopérative en Afrique de l’Est.

Chaque pays a des caractéristiques, des défis et des opportunités différents, et pour moi, cela a été un voyage fascinant.

Comment le travail d’Oikocredit a-t-il changé ou évolué en Afrique de l’Est depuis que vous êtes dans la coopérative ?

Sur le plan externe, le principal changement a été la concurrence croissante, avec de plus en plus d’investisseurs à impact social actifs dans cette région. Oikocredit se démarque en proposant des prêts à plus long terme à ses partenaires que nombre de ses pairs, et en ayant une présence locale forte et fiable.

Notre base d’investisseurs importante et fidèle nous aide à atteindre cet objectif, et nous pouvons mener là où d’autres suivent. L’accès au financement est crucial pour permettre aux micros, petites et moyennes entreprises d’être productives et rentables, et notre évolution ces dernières années vers l’agriculture et les énergies renouvelables a ouvert de nouvelles opportunités pour soutenir la création d’emplois, la souveraineté alimentaire, l’inclusion énergétique et la lutte contre le changement climatique.

L’agriculture est cruciale, car elle représente environ un quart de la production et des revenus de la région, et fournit des moyens de subsistance à environ 60 % de la population rurale, en particulier aux femmes qui sont de petites exploitantes. Et dans le domaine des énergies renouvelables, l’éclairage solaire et les fourneaux efficaces que nous contribuons à fournir répondent à de nombreux besoins.

Pourriez-vous nous donner un exemple d’un de nos partenariats dans la région et nous expliquer comment notre travail a eu un impact positif ?

Permettez-moi de mentionner la Kenya Women Microfinance Bank, qui a débuté en tant qu’ONG et qui est maintenant une banque agréée servant 800 000 femmes clientes dans tout le pays. J’ai vu comment elle a aidé de nombreuses femmes à faibles revenus à transformer leur vie. Une cliente a ouvert un petit magasin alors qu’elle vivait dans une hutte au toit de chaume et a développé son activité, acheté des terres et construit une maison de trois chambres pour sa famille grâce à des prêts rendus possibles par notre partenariat avec la banque.

Dans quelle mesure le travail de Oikocredit est-il toujours pertinent et important en Afrique de l’Est, et que faisons-nous différemment des autres investisseurs d’impact ?

Notre travail est aussi pertinent et important que jamais. En Afrique de l’Est, il y a des défis économiques à de nombreux niveaux, notamment les effets du Covid-19, les pressions inflationnistes et la hausse des prix. Du côté positif, l’Afrique de l’Est, et en particulier le Kenya, a rapidement adopté la technologie mobile et les fintechs. Mais comme tout le monde ne peut pas être entrepreneur, la création d’emplois est importante pour réduire la pauvreté.

Les prêts de notre coopérative aux banques de PMEs sont un exemple que d’autres investisseurs d’impact suivent. La taille relativement importante de nos prêts et nos produits de prêt innovants nous permettent de travailler avec certains des plus grands prêteurs aux PME de la région. Un autre élément clé est le renforcement des capacités de nos partenaires, qui les aide à mieux servir leurs clients.

Par exemple, nous avons récemment étendu à l’Afrique de l’Est notre projet de gestion du risque de prix, que nous avons lancé pour les producteurs de café en Amérique latine. Et pour aider à évaluer notre impact social, nous avons entrepris l’année dernière notre toute première enquête d’autoperception des clients, à laquelle ont participé deux partenaires au Kenya et un en Ouganda. 

Je suis enthousiasmé par la nouvelle stratégie 2022-2026 de Oikocredit et son approche axée sur la communauté. Forts de nos décennies d’expérience et de notre réputation, nous sommes bien placés pour travailler avec nos partenaires afin d’aider les communautés à faibles revenus à renforcer leur résilience face à des défis pressants. Notre nouveau partenariat éducatif avec Opportunity International, par exemple, que nous avons lancé à Nairobi en novembre 2021, a le potentiel de bénéficier à des centaines de milliers d’enfants, à commencer par le Kenya, l’Ouganda, le Ghana, le Nigeria et le Sénégal.

« Retour