Des concepts innovants pour l'énergie rurale [interview]

Des concepts innovants pour l'énergie rurale [interview]

Vivek and Kiran (RE).png14 mars 2022

Les chambres froides solaires ne sont qu’un des produits que le nouveau partenaire indien de Oikocredit, Ecozen Solutions, exploite pour améliorer l’agriculture. Le septième plus grand pays du monde a besoin de solutions innovantes pour répondre à sa demande énergétique en constante augmentation. Kiran Kodi, responsable des énergies renouvelables chez Maanaveeya, la filiale indienne de Oikocredit, et Vivek Pandey, cofondateur d’Ecozen, précisent que l’objectif de leur partenariat est de faire en sorte que les agriculteurs et l’ensemble des chaînes de valeur bénéficient également de solutions innovantes en matière d’énergies renouvelables.

Vivek and Kiran (RE)

En pleine pandémie, Maanaveeya a gagné de nouveaux partenaires. Comment est-il possible de travailler dans des conditions de pandémie ?

Kiran Kodi : Heureusement, nous avons réussi à continuer à travailler malgré le Covid-19 et les difficultés qu’il a entraînées, même s’il y a eu des confinements complets pendant plusieurs mois. Au plus fort de la pandémie, nous avons suspendu le remboursement des prêts et soutenu nos partenaires de toutes les manières possibles. Tout le monde a été et est encore touché - des entreprises, des familles, des communautés entières. De nombreuses personnes de notre propre bureau ont été infectées. Avec le temps, nous avons appris à faire face à la situation. En ce moment, il y a encore beaucoup d’infections, mais moins de personnes doivent aller à l’hôpital. À Maanaveeya, nous avons travaillé principalement à domicile, mais nous avons utilisé le bureau pour des réunions avec des partenaires en respectant les mesures de protection. Les déplacements dans le pays ont été limités. Néanmoins, nous avons pris contact avec de nouveaux partenaires et organisé des workshops. Grâce à la vidéo, il est possible non seulement de communiquer à tous les niveaux, mais aussi de connaître et de suivre les activités des partenaires.

Votre propre travail est particulièrement axé sur les nouveaux partenaires dans le secteur des énergies renouvelables. Quelle est la stratégie qui sous-tend cette démarche ?

Kiran Kodi : Le développement des énergies renouvelables est une contribution importante à la protection du climat. Maanaveeya a le même objectif que Oikocredit dans son ensemble : la finance inclusive, l’agriculture et les énergies renouvelables. Six pour cent du portefeuille de Maanaveeya à la fin 2021 étaient investis dans les énergies renouvelables. Nous souhaitons augmenter cette part de manière significative dans les années à venir, pour atteindre au moins 20 %. Nous investissons dans des entreprises du secteur de l’énergie qui mettent en œuvre des projets hors réseau ou en réseau et nous avons actuellement six partenaires. Ecozen Solutions, par exemple, fournit des solutions énergétiques pour les exploitations agricoles. Parmi nos autres partenaires dans le domaine des énergies renouvelables, Fourth Partner Energy et Oakridge Rooftops proposent des solutions pour le secteur commercial et industriel. Cygni Energy fournit des solutions hors réseau. E-Hands Energy soutient les petites banques et institutions de microfinance isolées avec des systèmes d’énergie solaire. Un autre partenaire, Gayam Motor Works, loue des véhicules électriques pour le transport de marchandises sur le dernier kilomètre. Actuellement, nous allons de l’avant avec des partenaires qui proposent de nouvelles technologies pour l’agriculture et les chaînes de valeur.

Un nouveau partenaire prometteur, actif précisément dans ce domaine, est Ecozen.

Kiran Kodi : Ecozen répond à tous les critères qui sont essentiels pour Oikocredit. Il s’agit d’une jeune entreprise qui opère à l’intersection de deux domaines importants : les énergies renouvelables et l’agriculture. Le développement et la production de nouveaux produits demandent énormément de temps et d’argent. Ecozen était à la recherche d’un financement pour augmenter son fonds de roulement. Nous sommes entrés en contact par l’intermédiaire d’un de leurs autres investisseurs, qui travaille de la même manière que nous, et avons rapidement décidé d’accorder une ligne de crédit à Ecozen. Le premier prêt d’Ecozen a été décaissé début 2021, et nous avons depuis organisé un autre prêt. En raison de notre intérêt de longue date pour la finance inclusive, nous nous considérons également comme des experts en modèles de financement personnalisés. Nous pouvons fournir à Ecozen de bons conseils et un soutien dans ce domaine. De bons modèles de financement pour les clients et les consommateurs ont un immense impact social et permettent aux petites exploitations agricoles de se procurer des produits innovants.

Vivek Pandey, vous êtes l’un des trois fondateurs d’Ecozen. Avec quelle motivation avez-vous commencé ?

Vivek Pandey : Nous avons fondé Ecozen en 2010 alors que nous étions encore étudiants, et après avoir obtenu notre diplôme, nous nous sommes entièrement consacrés à l’entreprise. Nous étions tout d’abord des ingénieurs. Nous pouvions clairement voir l’état de l’agriculture dans le pays et le fort potentiel de valeur ajoutée qui s’y trouvait. À l’époque, les innovations en matière d’énergies renouvelables atteignaient rarement les zones rurales. Nous avons d’abord interrogé de nombreuses parties prenantes le long des chaînes de valeur de l’agriculture. Nous avons réalisé que l’agriculture indienne est fortement dépendante des méthodes pluviales et manque d’infrastructures de gestion post-récolte. Le plus gros obstacle est l’approvisionnement en énergie à la ferme. Alors que l’énergie solaire devient de plus en plus populaire dans les villes pour l’éclairage des routes, des maisons et des entreprises, il n’y en a pas beaucoup dans l’agriculture.

Comment avez-vous réagi à ces observations ? Quelles sont les solutions proposées par Ecozen ?

Vivek Pandey : La première chose que nous avons faite a été de développer des moteurs pour les pompes à eau solaires : Ecotron. Depuis 2014, 60 000 à 70 000 moteurs et régulateurs Ecozen ont été utilisés dans tout le pays. Mais il est vite apparu que les problèmes des agriculteurs ne sont pas résolus par la seule irrigation solaire. Ils ont besoin d’un moyen de stocker leurs produits. D’une part, les chaînes de valeur ne fonctionnent pas si rapidement pour que tout soit garanti frais sur le marché. En Inde, environ 30 % des récoltes de fruits et légumes se gâtent parce que les petits exploitants n’ont aucun moyen de conserver leurs produits frais jusqu’à ce qu’ils puissent être transportés et vendus. Ensuite, sans installations de stockage, les agriculteurs sont plus vulnérables aux fluctuations des prix, car ils ne peuvent pas retarder leurs ventes jusqu’à ce qu’ils obtiennent de meilleurs prix.

Nous avons donc mis au point une mini-installation de stockage à énergie solaire pour les fruits et légumes : Ecofrost. Il a été conçu pour être portable et très économe en énergie. Ecofrost est livré avec une solution technologique complète comprenant une application mobile pour le fonctionnement, le contrôle à distance, les diagnostics à distance et la maintenance prévisionnelle, garantissant ainsi la meilleure expérience client possible. Pour les périodes sans soleil, il y a un stockage d’énergie de 36 heures utilisant un dispositif de stockage d’énergie thermique indigène et breveté - beaucoup plus économique et efficace que les batteries. Plusieurs capteurs dans le dispositif fournissent toutes les informations nécessaires et permettent de régler chaque chambre froide individuellement. Le centre de contrôle d’Ecozen veille à ce que tout fonctionne bien et que rien ne se détériore, calcule les températures de stockage optimales en fonction des marchandises stockées et fournit des informations sur les prix actuels du marché. Ecofrost a remporté de nombreux prix nationaux et internationaux. Nous proposons désormais le même ensemble de technologies avec de multiples variantes pour toute la chaîne d’approvisionnement des denrées périssables. Eco Connect est notre troisième produit : une plateforme en ligne qui relie les informations destinées aux agriculteurs, les prix du marché, les conseils de culture et bien plus encore.

Comment Ecozen atteint-il ses clients et ses consommateurs dans les régions rurales ? 

Vivek Pandey : Nous vendons nos produits de pompage solaire à la fois aux grandes entreprises et aux petites entreprises qui entreprennent l’installation de pompes à eau solaires. Nous leur fournissons des moteurs à pompe et des régulateurs. Toutes les autres parties des systèmes solaires, comme les panneaux solaires, peuvent être achetées auprès d’autres entreprises. Nous disposons d’un vaste réseau d’entreprises qui s’adressent aux agriculteurs. Il en va de même pour nos systèmes de refroidissement, pour lesquels nous travaillons avec des entreprises partenaires, notamment des organisations de producteurs agricoles, des revendeurs et des distributeurs locaux, ainsi que des entreprises de la chaîne d’approvisionnement. Nous avons deux modèles commerciaux pour cela : un modèle de vente et un modèle de leasing/location dans lequel nous travaillons avec des institutions financières pour offrir le produit pour une période de 3 à 6 mois aux agriculteurs et de 1 à 3 ans aux entreprises. Cela fonctionne très bien pour les nombreux agriculteurs qui pratiquent une agriculture saisonnière.

Qu’est-ce qu’Ecozen attend de sa collaboration avec Oikocredit ?

Vivek Pandey : Outre le financement d’un fonds de roulement plus important et la possibilité de développer conjointement de nouveaux modèles commerciaux et financiers, un autre avantage pour nous est d’avoir un partenaire présent et connecté dans le monde entier. Oikocredit est très présent dans les pays d’Afrique, où nous avons commencé à vendre nos produits ces dernières années, par exemple au Kenya, en Namibie et en Ouganda. Le potentiel et la demande y sont énormes. Oikocredit, avec ses connaissances, ses experts locaux et ses propres partenaires dans les pays africains, peut être un partenaire très utile pour nous.

La demande d’énergie en Inde augmente rapidement avec la croissance économique et l’urbanisation. On parle d’un doublement de la demande d’ici 2040. 52 % de l’énergie du pays est encore produite à partir du charbon. Si l’on considère que l’Inde s’est engagée, dans le cadre des objectifs climatiques de Paris, à satisfaire 40 % de sa consommation d’électricité à partir de sources d’énergie non fossiles d’ici 2030, il s’agit d’un immense défi qui nécessite beaucoup de capitaux. Est-ce que cela signifie de bons ou de mauvais moments pour Oikocredit face à une grande concurrence ?

Kiran Kodi : Le bon côté est que les ressources naturelles pour les énergies renouvelables en Inde sont excellentes. Nous avons la terre, le soleil, le vent. Le potentiel de l’énergie solaire est particulièrement important et correspond à la totalité de la consommation énergétique actuelle du pays. Le gouvernement indien a un programme ambitieux pour augmenter la part des énergies renouvelables. Pour cela, les technologies, les conditions politiques et le financement doivent aller de pair. Cela fonctionne plutôt bien en Inde, et le secteur est par conséquent attrayant pour les investisseurs. Il y a donc beaucoup de concurrence, certes, mais aussi beaucoup d’opportunités et de besoins d’investissement dans les énergies renouvelables.

Les grandes entreprises peuvent coopérer avec les banques. Mais pour les plus petites, comme Ecozen, travailler avec des organisations comme Oikocredit est beaucoup plus avantageux. En particulier parce que nous avons des avantages considérables : nous sommes plus rapides ; nous sommes ouverts à différentes structures et à différents types de financement et nous pouvons répondre aux besoins individuels des clients de nos partenaires, par exemple en proposant des modèles de leasing, ce qui n’est pas si facile pour les banques traditionnelles. Pour notre part, nous sommes sélectifs. Nous sommes intéressés par la manière dont le travail d’une entreprise améliore les conditions de vie des gens. L’électricité est généralement très chère en Inde, et passer à l’énergie solaire est également coûteux et prend du temps. C’est pourquoi de nombreuses industries commerciales continuent de s’approvisionner en énergie conventionnelle. Nous nous intéressons aux petites entreprises qui ont un impact social important. Nous voulons avant tout une chose : une électricité propre et abordable pour les habitants des zones rurales.

Cet entretien a été réalisé par Marion Wedegärtner de l’association de soutien ouest-allemande de Oikocredit.

« Retour