Journée internationale de la Femme aux Philippines

Journée internationale de la Femme aux Philippines

NWTF-PH-19_966f2.jpeg

Aujourd’hui , mercredi 8 mars, c’est la Journée internationale des Droits de la Femme! Un beau jour pour vous présenter Teresa, des Philippines. Elle est forte, elle croit en elle. C’est une femme entrepreneur. Elle n’avait rien lorsqu’elle s’est lancée, mais elle n’a jamais baissé les bras.

Teresa a 43 ans. Elle habite à Bacolod, un petit village des Philippines. Originaire des couches de la population socialement les plus défavorisées, Teresa était quasiment condamnée à une existence misérable. Et même si elle avait de l’ambition et des projets, il lui était presqu’impossible de les réaliser. Car celle qui n’a absolument rien, ne peut rien emprunter…

Heureusement, Teresa a trouvé sur son chemin Dungganon, un projet qui cible spécifiquement les femmes précarisées et les rend moins vulnérables et plus autonomes. Les femmes y sont encouragées à s’exprimer et à prendre soin d’elles par la danse et le chant, et à se prendre en charge en recevant un petit prêt sans garantie. Cette chance, Teresa l’a saisie à pleines mains !

Il y a 15 ans, son avenir s’annonçait bien sombre. Mais c’est alors qu’elle a reçu un petit prêt via Dunganon, une organisation partenaire d’Oikocredit. Forte de la somme de 56 euros, elle a démarré un petit magasin. En même temps, via ce partenaire d’Oikocredit, elle suivait des formations pour améliorer ses compétences commerciales et financières. A partir de ce moment-là, tout est allé très vite ! Son magasin a continué de se développer et, à l’aide d’un nouvel emprunt, elle a pu acheter une petite camionnette, ce qui lui a permis d’élargir encore sa clientèle.

Teresa est très fière que son entreprise tourne aussi bien. Il y a 15 ans, elle vivait dans une maison en ruines et elle ne pouvait offrir aucune perspective d’avenir à ses enfants. Aujourd’hui, elle habite dans une maison restaurée et bien entretenue. Son fils termine ses études dans le secteur informatique, ses deux autres enfants vont encore à l’école secondaire. Elle a même pu se permettre d’acheter un lopin de terre. Teresa et sa famille peuvent désormais vivre confortablement. « Je peux même emmener ma famille au restaurant maintenant ! Mes enfants adorent le poulet frites. Et moi, je raffole de spaghetti à la sauce tomate avec un hotdog », raconte Teresa en riant.

Heureusement, l’histoire de Teresa est loin d’être un cas isolé. Oikocredit soutient à travers le monde des femmes qui, comme Teresa, veulent entreprendre et devenir autonomes, mais aussi des femmes qui veulent prendre soin au mieux de leur famille à la maison. C’est cela, pour nous, la Journée internationale des Droits des Femmes !

« Retour