L'impact d'Oikocredit pendant la crise du Covid

L'impact d'Oikocredit pendant la crise du Covid

Ging Ledesmasamedi 15 mai 2021

Présentation au sujet de l'impact d'Oikocredit pendant la crise du Covid, donnée par Ging Ledesma, Director of Social Performance Innovation, lors de l'assemblée générale d'Oikocredit Belgique le 15 mai 2021.

Cliquez sur la vidéo ci-dessous pour regarder l'enregistrement de la présentation ou lisez un résumé dans cet article.

Résumé de la présentation

« Dans le monde entier, le Covid a causé la perte d'emplois, la faillite d'entreprises et des difficultés pour les familles à garder la tête hors de l'eau. Dans le domaine de l'agriculture, les partenaires ont eu affaire à des chaînes d'approvisionnement perturbées, une pénurie de main-d'œuvre pour la saison des plantations ou des récoltes, un accès réduit aux marchés et une hausse des prix des produits de base.

Si l'on examine les secteurs spécifiques dans lesquels Oikocredit travaille, on constate que de nombreux clients de la microfinance, en particulier dans les zones urbaines, n'ont pas été en mesure de faire fonctionner leur entreprise, de générer un revenu et ont eu du mal à rembourser leurs prêts. En général, les personnes et les communautés à faibles revenus, un groupe cible prioritaire pour Oikocredit et ses partenaires, ont été particulièrement vulnérables. Et si beaucoup d'entre nous disposent d'un tampon social ou économique pour nous aider à traverser ces périodes difficiles, les personnes pauvres n'ont pas les mêmes filets de sécurité et doivent lutter pour réagir et rester à flot.

AP, The Japan Times, le 18 juin 2020

La crise économique résultant de Covid-19 se fait sentir. On s’attend à ce que l'économie du Cambodge soit l'une des plus durement touchées. Environ un tiers des 600 usines de confection au Cambodge a fermé ses portes. Des milliers de travailleurs ont perdu leur emploi. Le soutien du gouvernement est lent à se mettre en place. Les clients de notre partenaire Chamroeun et leurs familles ont également été touchés.

Comment Oikocredit a-t-il réagi ?

  • Concentration sur les partenaires actuels. Temporairement aucun nouveau partenaire n’est admis, pour limiter les risques de financer de nouvelles organisations que nous ne connaissons pas encore très bien. Cela nous permet de nous concentrer sur le soutien de nos partenaires actuels. De nouveaux partenaires s’ajouteront progressivement.
  • Dialogue régulier avec les partenaires sur les conséquences possibles de la crise, maintenant plus qu'avant la pandémie.
  • Permettre un soutien financier : nous nous attendons à ce que nos partenaires nous demandent un soutien financier et nous avons mis au point des processus d'approbation accélérés pour aider les partenaires dans le besoin, par exemple s'ils demandent un délai de paiement. Nous avons adapté nos processus pour permettre une approbation plus rapide des refinancements, rééchelonnements et restructurations.
  • Nous avons également soutenu nos partenaires en leur proposant une section sur notre site web qui leur est consacrée, avec des informations qui peuvent les aider à faire face à la crise. Par exemple, nous avons organisé une série d'ateliers sur la gestion des flux de trésorerie et la révision des plans de continuité des activités.
  • Nous avons proposé des formations/webinaires pour les partenaires : plate-forme des PDG partenaires, webinaire sur la sécurité alimentaire et l'agriculture, collaboration avec les pairs du secteur pour les garanties aux institutions de microfinance rurales. De nombreux partenaires nous ont fait savoir qu'ils appréciaient cela fortement.
  • Nous avons également mis en place le « Fonds de solidarité Corona », qui a permis d'informer de nombreux clients des partenaires du secteur informel et des communautés à faibles revenus. Le coût des équipements sanitaires et de protection a également été pris en charge par Oikocredit.

ADVA-NG-03

Quelques exemples de l'impact d'Oikocredit pendant la crise du Covid

Notre partenaire Chamroeun au Cambodge

En réponse à la situation difficile à laquelle sont confrontés les familles et les clients de Chamroeun, ils ont restructuré les prêts de leurs clients, reporté le remboursement, réduit ou supprimé les prélèvements, mené une opération de sécurité alimentaire et accordé un prêt social d'urgence. Mais Chamroen voulait faire plus.

Un programme a été mis au point dans le cadre duquel des conseils gratuits ont été donnés sur le développement des entreprises. De cette manière, les familles ont été aidées à réfléchir et à lancer de nouvelles activités économiques. Au total, 400 participants bénéficient de ce programme, qui est également soutenu par Oikocredit.

Chamroeun

Notre partenaire Karongi Tea Factory au Rwanda

Un autre exemple de renforcement des capacités qu'Oikocredit a lancé l'année dernière, malgré la pandémie, est un projet avec l'entreprise familiale Karongi Tea Factory.

Au Rwanda, le thé, tout comme le café, est reconnu comme un moyen d'atténuer l'extrême pauvreté dans les zones rurales reculées. La plupart des usines de thé possèdent leur propre plantation de thé, mais elles dépendent également des feuilles de thé fournies par les petits agriculteurs et les coopératives de la région. C'est également le cas dans le district de Karongi, dans l'ouest du Rwanda. Il y a quelques années, la famille Mutangana a acheté l'usine de thé au gouvernement. Ils ont reçu un prêt d'Oikocredit et ont rénové l'usine de traitement du thé. Les propriétaires voulaient assurer de meilleures conditions de vie aux familles de cette région isolée. Cependant, la coopérative des agriculteurs de la région ne pouvait pas fournir suffisamment de feuilles de thé. Les agriculteurs souhaitaient se diversifier et introduire le thé dans leurs parcelles, mais ils n'avaient pas les moyens de payer les plants et ne savaient pas comment commencer.

En 2020, Oikocredit a apporté son soutien au projet de culture du thé. Deux millions de plants de thé seront distribués à 2000 agriculteurs. L'usine de thé prendra en charge 25 % du coût de chaque plant et les coopératives 5 %. Les agriculteurs prendront en charge les frais de préparation du terrain et de transport des plants jusqu'à leurs exploitations. Oikocredit fournira un consultant pour la supervision et la formation de 2000 agriculteurs aux sujets tels que la gestion durable de la culture du thé, la cueillette et la livraison des feuilles de thé et les stratégies d'utilisation des terres.

KARO-RW-22

Résultats financiers Oikocredit International

Ensuite Ging Ledesma a présenté les résultats financiers d'Oikocredit International. Vous pouvez  en prendre connaissance dans cet article au sujet du rapport annuel et dans l'Annual Report (anglais - téléchargement). Dans l'enregistrement de la présentation, les résultats financiers d'Oikocredit International sont discutés à partir de 2:41 ou via ce lien.

Perspectives

Nous avons de grands projets pour 2021 mais nous sommes conscients que l'année à venir est encore très incertaine. Nous pensons néanmoins que 2021 sera une année de reprise, même si le rebond économique est relativement lent dans nombre de nos pays cibles. En raison de notre proximité avec nos partenaires, nous devrons être attentifs aux opportunités qui se présenteront au fur et à mesure de la reprise des économies locales. De cette manière, nous pouvons stimuler la reprise économique.

Toutefois, il est fort probable que la pauvreté augmente cette année dans de nombreuses communautés à faibles revenus. L'amélioration de la collaboration entre les investisseurs sociaux qui a eu lieu en 2020 devrait nous aider à harmoniser nos efforts pour produire un impact social.

Lorsque la crise s’atténuera, nous ramènerons nos liquidités à des niveaux plus normaux pour permettre la croissance du portefeuille de financement du développement. D'ici au milieu de l'année, nous en saurons plus sur le paysage post-coronavirus, et vers la fin de l'année 2021, nous prévoyons d'être à nouveau rentables. Cela ne signifie pas nécessairement que nos bénéfices seront suffisamment élevés pour verser des dividendes en 2021. Mais malgré toutes les incertitudes, nous espérons voir la lumière au bout du tunnel cette année. Nous avons également l’espoir et l’ambition que la nouvelle stratégie pour 2022-2026 à laquelle nous travaillons soit le départ d'une nouvelle direction à suivre pour la mission d'Oikocredit. »

« Retour