Carmiña et son entreprise familiale

Carmiña et son entreprise familiale

COOP-EC-008.jpgvendredi 14 mai 2021

Fréquentes en Amérique latine, les entreprises familiales sont souvent la seule source de revenu des intéressés qui en dépendent non seulement pour vivre mais aussi pour l’éducation des enfants et espérer garantir un avenir stable aux générations futures.

Carmiña López, qui fait la couverture de notre rapport annuel 2020, dirige une de ces entreprises familiales. La sienne est une entreprise de production vestimentaire. Son mari Rodrigo s'occupe de la production, sa fille María s'occupe de la comptabilité et son fils Andrés gère les opérations courantes.

De la Colombie à l’Equateur

Carmiña et son mari Rodrigo ont quitté la Colombie il y a 33 ans, quand l’employeur de Rodrigo l’a envoyé en Equateur. Ils y ont vu l’opportunité de démarrer leur propre entreprise de confection de vêtements. «Créer une entreprise est un processus long et difficile, et pour tout ce que nous avons accompli, nous sommes reconnaissants au peuple équatorien.» confie Carmiña. Aujourd'hui, le couple emploie 20 personnes et travaille avec 10 autres fournisseurs qui produisent des vêtements pour eux.

COOP-EC-019

Notre partenaire Cooprogreso

L'entreprise familiale de Carmiña est financée par notre partenaire Cooperativa de Ahorro y Crédito Cooprogreso Ltda (Cooprogreso), une coopérative d'épargne et de crédit en Équateur qui sert les micro-entrepreneurs des zones urbaines et rurales grâce à des solutions de banque individuelle ou villageoise.

Au début, Carmiña et Rodrigo manquaient de fonds de roulement et étaient nouveaux dans le pays. C’est là que Cooprogreso entre dans l’histoire. Comme le dit Carmiña, «Pour mettre en place une usine, vous avez besoin d'un solide soutien en capital, car les chaînes de magasins ne paieront notre facture que 90 jours après que nos vêtements leur auront été livrés.» La rapidité de réception des prêts et la forte relation que Cooprogreso entretient avec ses clients expliquent pourquoi Carmiña continue de leur emprunter de l'argent. «Au début de la pandémie, nous avons expliqué à Cooprogreso que nous avions un énorme contrat de masques et que nous devions investir dans des machines. Ils connaissent déjà notre activité et ont pu rapidement octroyer un prêt de 20 000 dollars. »

Alors que la pandémie a créé de nouvelles opportunités comme le contrat de masques, la demande a ralenti dans d'autres domaines et en 2020, Carmiña et son mari n'ont pas toujours été en mesure de fournir du travail aux fournisseurs qui produisent certains des vêtements pour eux.

Espoir dans le futur

Maintenant c’est Andrés qui trouve de nouveaux clients et il a même récemment obtenu un prêt personnel. Carmiña est fière lorsqu'elle nous dit: «Imaginez ce que je ressens? Je vis avec gratitude quand je vois Cooprogreso serrer la main de mon fils. » Carmiña peut voir un bel avenir dans l'entreprise familiale qu'elle et son mari ont développée durant toute une vie de travail.

Lorena Torres, directrice des investissements d'Oikocredit basée à Quito, capitale de l'Équateur, a déclaré: «Cooprogreso est notre partenaire depuis 2015 et au fil des ans, cette institution de microfinance a fait preuve d'un réel engagement à améliorer son rayonnement social. Oikocredit a démontré cette amélioration et Cooprogreso est devenue la première coopérative d'épargne et de crédit en Amérique latine à obtenir la certification dans les Principes de Protection des Clients – Smart Campaign. Cela a été la référence pour d’autres, créant une culture de bonnes pratiques dans l’industrie. »

Cover photo Annual report 2020

Carmiña a peut-être 60 ans, mais ses projets ne sont pas la retraite : elle veut continuer d’augmenter le nombre d'employés et devenir propriétaire de l'entrepôt qu'elle loue actuellement. Pour Carmiña, il ne s’agit pas seulement de gagner sa vie, mais aussi de créer des opportunités pour sa famille et la communauté dans laquelle elle vit.

« Retour