Interview: Comment Oikocredit soutient les petits producteurs de cacao en Afrique de l'Ouest

Interview: Comment Oikocredit soutient les petits producteurs de cacao en Afrique de l'Ouest

Yves Komaclo

Yves Komaclo, Investments Manager West Africa

mardi 19 janvier 2021

La cacaoculture est une source essentielle de revenus en Côte d’Ivoire, au Ghana et au Nigéria. Pour comprendre la stratégie d’Oikocredit dans ce secteur, nous avons interviewé Yves Komaclo, directeur des investissements d’Oikocredit pour l’Afrique de l’Ouest.

Quelle est l’importance du cacao en Afrique de l’Ouest ?

L'Afrique de l'Ouest est le leader mondial de la production de cacao, principal ingrédient dans la fabrication du chocolat. Trois pays cibles d’Oikocredit figurent parmi les principaux producteurs mondiaux : la Côte d’Ivoire et le Ghana, les deux plus grands producteurs mondiaux, et le Nigéria [1]. La région fournit environ 70% de la production mondiale, principalement pour l'exportation.

En Côte d’Ivoire en particulier, le cacao est la principale source de devises et le premier sous-secteur agricole, avec environ 1,5 million de ménages. [2] La plupart des plantations de cacao d’Afrique de l’Ouest sont de petites exploitations de moins de 3 hectares. En raison de l’importance de la culture, les gouvernements ivoirien et ghanéen travaillent ensemble dans leur gestion du secteur.

Comment Oikocredit soutient-il le secteur du cacao dans la région?

Oikocredit fournit un soutien financier aux producteurs via des coopératives d'agriculteurs, des petites et moyennes entreprises (PME) et des institutions de microfinance (IMF) qui aident les agriculteurs à acheter des intrants pour maintenir et améliorer la production. Nous préférons travailler avec des coopératives de producteurs, mais dans certains cas, nous réduisons le risque d'investissement en fournissant des financements via des PME et des IMF.

Nous investissons également sur les étapes post-récolte. Notre financement aide à payer la collecte et le transport des fèves de cacao, la construction d'entrepôts et l'équipement de séchage. Et nous aidons nos coopératives et nos PME partenaires à renforcer la gouvernance et la capacité financière dont elles ont besoin pour répondre aux normes de certification Fairtrade et Rainforest Alliance / UTZ.

SOCAK-CI-52.jpg

Comment Covid-19 a-t-il affecté le secteur du cacao en Afrique de l'Ouest?

L'épidémie de Covid-19 a déclenché une alarme en Afrique de l'Ouest au premier trimestre de 2020, conduisant de nombreux gouvernements à prendre des mesures préventives fortes. Le verrouillage a été progressivement levé en juin et juillet. Heureusement, la production de cacao a été largement ininterrompue, car la saison de pointe des récoltes en Afrique de l'Ouest s'étend d'octobre à décembre. Cependant, les restrictions ont retardé certains producteurs dans l'embauche de travailleurs pour l'entretien des plantations, ce que beaucoup ont dû entreprendre plus tard que d'habitude dans l'année.

Le Covid-19 a également entraîné une plus grande volatilité des prix. Les marchés occidentaux vers lesquels nos partenaires exportent ont été affectés par les fermetures dans l'industrie hôtelière et plus largement le secteur du tourisme, conduisant à une baisse de la demande et une baisse des prix du chocolat. Cela a été en partie compensé par une demande croissante en Chine, en Inde et en Russie. Dans l'ensemble, les producteurs de cacao peuvent probablement s'attendre à des fluctuations de prix croissantes.

À quels autres défis la production de cacao est-elle confrontée?

La plupart des producteurs de cacao ne reçoivent qu'une petite part de la valeur que leur récolte génère à travers la chaîne de valeur. Les gouvernements ivoirien et ghanéen ont réagi en ajoutant une prime aux prix agricoles, mais cela a réduit les marges gagnées par les coopératives de producteurs et les PME qui vendent à l’export.

La durabilité sociale et environnementale est cruciale pour le secteur. Malgré des années d'efforts pour éradiquer l'exploitation des enfants dans les plantations de cacao, le travail des enfants persiste. Oikocredit aborde ce problème grâce à une sélection rigoureuse de partenaires dans le pays et en insistant sur la certification, la promotion de la formation et de la sensibilisation, des partenariats avec des fabricants socialement responsables, une diligence raisonnable et un suivi attentif.

Un autre défi est que les producteurs de cacao sont une population vieillissante. Le secteur a besoin de plus de jeunes producteurs.

La prévention de la déforestation, qui se produit souvent lorsque de nouvelles zones sont converties à la culture du cacao, est au premier plan des questions de durabilité environnementale.

Mais il y a aussi des tendances positives. La prise de conscience du problème du travail des enfants s'est accrue et les acteurs internationaux fournissent de plus en plus une assistance technique et des subventions aux coopératives d'agriculteurs. Des partenariats public-privé tels que les initiatives Cocoa & Forests de la World Cocoa Foundation sont en cours de lancement pour aider le secteur.

Comment vont les partenaires cacao d’Oikocredit dans la région?

Nos partenaires se portent généralement assez bien, quoique certains qui connaissaient des difficultés avant la pandémie les subissent toujours. Certaines PME n'ont pas pu s'approvisionner en cacao à des prix abordables.

Nous avons récemment renouvelé notre soutien à Ocean, une PME de cacao depuis 2015. Les plusieurs milliers d’agriculteurs des coopératives affiliées à Ocean bénéficient de primes de certification, d’une assistance technique et d’un soutien communautaire. Un autre partenaire, Ecookim, a recruté 500 nouveaux membres malgré la pandémie.

Le changement des régimes pluviométriques dans la région peut également être problématique. La plupart des producteurs de cacao n'ont pas de système d'irrigation et dépendent des pluies saisonnières. Bien que les volumes de précipitations n'aient pas changé de façon marquée, les pluies arrivent souvent plus tard qu'avant et peuvent entraîner des rendements inférieurs.

ECOO-CI-35

Comment Oikocredit aimerait-il travailler avec le secteur du cacao en Afrique de l’Ouest à l’avenir?

Oikocredit a réussi à fournir des financements d'intrants et des financements commerciaux au secteur, mais nous pouvons faire plus. Les gouvernements ouest-africains à court d'argent en raison de la pandémie pourraient réduire leur soutien financier et / ou augmenter les taxes sur la production, de sorte que nous anticipons potentiellement un plus grand besoin de notre soutien. Et les progrès dans la lutte contre le travail des enfants et la déforestation ont peut-être ralenti ou reculé pendant le confinement, nous devons donc être prêts à redoubler d’efforts là-bas.

L'amélioration de la durabilité est essentielle pour que les producteurs et les coopératives respectent les normes de traçabilité exigées par les marchés de consommation soucieux de l'éthique, en particulier en Europe.

De nombreuses petites exploitations ont besoin d'être rénovées et réhabilitées en raison des effets du vieillissement des arbres, des nuisibles, des maladies des cultures et de l'épuisement des sols. [3] Nous souhaitons fournir davantage d'assistance technique aux agriculteurs pour remplacer les arbres et appliquer de bonnes pratiques agricoles telles que l'élagage, la lutte antiparasitaire et l'application d'engrais, et nous sommes impatients de nous associer stratégiquement avec d'autres investisseurs d'impact.

Pour ajouter de la valeur dans le pays, nous voyons des opportunités supplémentaires à assurer la transformation localement. Au lieu que les organisations de producteurs exportent des fèves non transformées, nous souhaitons les aider à investir dans des machines de broyage et à créer des emplois pour exporter du beurre de cacao de plus grande valeur.

La numérisation est un autre domaine dans lequel nous pouvons promouvoir le progrès. L’utilisation d’outils d’«argent mobile» permet aux coopératives, aux PME et aux IMF d’atteindre davantage d’agriculteurs et devrait conduire à une plus grande adoption de la culture du cacao par les jeunes. Les systèmes de paiement numérique réduisent les risques, offrent une plus grande sécurité et augmentent la capacité d'épargne, l'inclusion financière et la résilience des producteurs.

[1] Statista.com, données de production 2017/18

[2] ‘Cocoa industry in the Côte d’Ivoire’, https://www.arcgis.com/apps/Cascade/index.html?appid=dd19d4b6444e492da5b069d62d2c3ecb

[3] Sustainable Trade Initiative, Smallholder tree crop renovation and rehabilitation, 2015, https://www.idhsustainabletrade.com/uploaded/2017/03/Dalberg-RR-Report.pdf

« Retour